Les bazis Les bazis

Les Bazis,
Arts Vivants en Couserans

Cette association de loi 1901, tire son nom du hameau éponyme situé sur la commune de Sainte-Croix-Volvestre en Couserans (09). Les Bazis développent sur ce territoire Ariègeois, un lieu de recherche, de production et de diffusion pour les arts vivants : danse, théâtre, performance, nouvelles écritures de plateaux.

Aux travers d’accueils en résidence, d’ateliers, d’actes de médiation, de présentations de travaux en cours ou achevés ; l’occasion est donnée aux artistes résidents de déployer leur pratique et de la confronter, s’ils le souhaitent, au regard des publics.
Notre ambition est de créer un laboratoire pour les arts vivants, où les artistes puissent créer en toute liberté. Au milieu d’une nature ardente, ce lieu de création vit avec la forêt et au rythme des saisons. Avec elle, Les Bazis donnent la possibilité à la création de se laisser traverser par une temporalité organique, végétale et humifère.

Membre de l’ADECC (Agence de Développement de l’Économie Culturelle Couserannaise), les Bazis participent, aux côtés des structures culturelles du Couserans, à rendre possible les échanges, les expériences, le dialogue entre les artistes et le territoire. Notre association est soutenue par Le Conseil Départemental de l’Ariège et La Région Occitanie.

Lire dans la presse

La dépêche du Midi

Les Bazis, un lieu partenaire des structures culturelles du (...)
Les Bazis, un lieu partenaire des structures culturelles du Couserans

"J’ai longtemps réfléchi sur comment créer des espaces où l’on peut se retirer et y trouver du repos, où l’on peut voir, entendre et se concentrer, où l’on est coupé du monde extérieur tout en y participant. Ils doivent être simples, vides et créer une ambiance de silence, avec l’aide de l’art ou de la musique, ou les deux combinés. Je cherche des endroits qui peuvent être cachées, dans des appartements privés, dans des bâtiments publics, qui peuvent être dans la cave, ou solitaires dans une forêt, près d’un lac, ou dans la ville bruyante. Ils doivent être éparpillés partout : à Berlin, où j’habite, à Tokyo, Los Angeles ou New York ; le monde entier pourrait être couvert d’un réseau encore plus étroit de ces zones de calme, devenant des niches artistiques écologiques pour chacun. On devrait y avoir accès à des moments précis et avoir le droit d’y entrer seul. Selon moi, le simple fait que des zones de tranquillité existent peut aider à calmer ce monde. Les lieux de quiétude ne sont pas nécessairement acoustiquement silencieux ; ils peuvent, au contraire, être bruyants ; ils sont donc tranquilles à une échelle différente...’’Rolf Julius, Les lieux de Quiétude, Archives Cortex Athletico, 1987

Annie Saquet : Présidente de l’association, Christiane Cotonat : Secrétaire, Michel Loubes : Trésorier, Direction Artistique : Loïc Varanguien de Villepin
Top