Les bazis Les bazis
Les poissons ne posent pas de questions

Les poissons ne posent pas de questions

Performance

Julie Pichavant et Philippe Pitet en résidence de recherche du 12 au 18 septembre 2016.

Les poissons ne posent pas de questions est le titre de la troisième création de ZART compagnie, après Syndrome Marilyn, RIP . Ce spectacle s’inspire d’un fait divers : le corps d’une femme a été retrouvé sur la plage de la Pointe aux oies, il s’agit probablement d’une clandestine qui tentait de traverser La Manche à la nage, vêtue d’une combinaison de natation, la jeune femme avait plié dessous des vêtements secs, emporté des produits énergisants et portait une boussole autour du cou. Ce troisième texte de Julie Pichavant autopsie une tragédie. Il s’agit d’une enquête, auto-fiction en adresse directe qui prend la forme d’un monologue engageant le corps, appuyée sur l’univers sonore. Le spectacle trace deux trajectoires de vies opposées qui s’unissent dans une même voix. Il évoque le drame de l’exil à travers le regard d’une femme européenne confronté à un fait divers qui bouleverse le sens de sa vie. Chaque individu noue par son destin un lien avec le destin humain en général.

Gilles Deleuze pensait qu’il existe un cri philosophique, que ces cris philosophiques sont comme les cris des poissons. Si vous n’entendez pas le cri des poissons vous ne savez pas ce que c’est que la vie Comment donner à entendre ce cri ?

Pour la réalisation de ce travail, Julie Pichavant s’entoure de la même équipe que pour les précédentes créations : Esperanza Lopez/ direction d’acteur, Fabrice Camboulive/ création sonore, Alberto Burnichon/ régie générale, Patrick Cunha/ création lumière, Philippe Pitet/ création vidéo

Avec Le soutien de la DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées/ du Théâtre Le Vent des signes/ du Théâtre Le Ring / MJC Rodez/ L’Estruch Fabrique de création Sabadell/ Alliance Française de Sabadell/ Combustible/ Les Bazis, arts vivants en Couserans Production Les Thérèses/ ZARTcie.

Top