Les bazis Les bazis
She was dancing

She was dancing

Danse

La Cie Labkine (Toulouse) en résidence "accompagnée"du 3 au 15 avril. Rencontre avec le poète Jean-Michel Espitallier le 11 avril à 18h à la Médiathèque de Fabas. Sortie de résidence publique le 15 avril, 19h.

She was dancing est la rencontre de la Mère d’Isadora Duncan et du portrait qu’a fait Gertrude Stein de la chorégraphe. Valeria Giuga transpose cette rencontre en un jeu de par-cœur du poème et de la danse mêlés. Le morcellement et les altérations originels de la danse duncanienne laissent ici la place à une nouvelle gestuelle radicalement épurée.

Les mouvements des trois interprètes, strictement écrits, sont générés par les mots du texte de Stein, boucles et jeux de permutations, selon le montage qu’en propose Jean-Michel Espitallier. La sécheresse rythmique de la pièce, qu’accentue une lecture monocorde doublée d’un métronome, installe bientôt une litanie hypnotique, à la fois sonore (lecture strictement cadencée) et visuelle (chorégraphie strictement écrite).

Dans cet agencement, les trois interprètes en perruque ne sont pas sans évoquer quelques personnages beckettiens, drôles mais un peu pathétiques, désespérément appliqués, à l’unisson d’un ballet mécanique. Jusqu’à ce que les rythmes de la batterie de Jean-Michel Espitallier viennent enrayer cet ordonnancement et l’emmène vers un finale plus groove et délicatement chaotique.

Le comique c’est de la mécanique plaquée sur du vivant. Henri Bergson

Direction, chorégraphie : Valeria Giuga
Montage texte, batterie, lecture : Jean-Michel Espitallier
Danse : Valeria Giuga, Aniol Busquets, Roméo Agid
Création sonore : Roméo Agid

Partenaires : compagnie Labkine - Noëlle Simonet, ADDA 81, MAC VAL – musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Centre National de la Danse de Pantin (résidence augmentée), CDC de Toulouse (accueil studio), Carreau du temple, Paris (accueil studio), Ménagerie de verre de Paris (accueil studio - StudioLab), Spedidam,L’ADECC, Les Bazis.

Top